La théorie des réseaux locaux et étendus


précédentsommairesuivant

VII. Les organismes de normalisation

VII-1. L'influence des normes

Les normes établies par les organismes internationaux (et particulièrement américains) de normalisation ont contribué à l'ouverture des architectures propriétaires, à la convergence des efforts des petites sociétés, et à l'expansion de la micro-informatique dans le monde... D'une certaine façon, les organismes de normalisation sont à l'origine de la compatibilité, de l'interopérabilité et de la démocratisation des outils informatiques. Par exemple, les réseaux de l'architecture SNA d'IBM, ne pouvaient communiquer avec les réseaux DNA de DIGITAL...

Les besoins croissants des entreprises en matière d'interactivité , de partage de données, et de portage des applications dans différents environnements ont accéléré le développement des normes pour les réseaux.

En général, les normes sont des spécifications techniques qui imposent certaines contraintes de fabrication aux constructeurs. Les fabricants adhèrent volontairement à ces directives, à ces recommandations, parce qu'elles leur assurent une large part de marché. Aujourd'hui, la conformité aux normes est presque un impératif.

Les normes concernent tous les aspects de l'informatique : les matériels, les logiciels, et même les personnels avec les certifications. Tout doit rentrer dans l'ordre !

Les normes correspondent à la publication d'une certaine technologie par des organismes, tandis que les standards correspondent à la reconnaissance des utilisateurs pour une certaine technologie.

Les principaux organismes de normalisation sont soutenus par les grandes entreprises de l'industrie informatique.

VII-2. Les principaux organismes de normalisation

Les organismes de normalisation peuvent être constitués de différentes manières :

  • Les services d'un état
  • Des instituts universitaires
  • Des organismes de recherche
  • Des consortiums d'entreprises privées
  • Un "melting pot"

Les principaux organismes de normalisation sont les suivants :

  • ANSI (American National Standards Institute) qui représente les Etats-Unis à l'ISO et au CCITT. Les langages de programmation (FORTRAN, COBOL, C)L'interface SCSILe pilote ANSI.SYS
  • Cose (Common Open Software Environnement) dont l'objectif est de développer une interface graphique commune à tous les environnements UNIX. Une interface (CDE pour Common Desktop Environment)Des API (Application Programming Interface)
  • CCITT (Comité Consultatif International de Télégraphie et de Téléphonie) ou ITTCC (International Telegraph and Telephone Consultative Committee) de Genève publie des recommandations tous les 4 ans qui se distinguent par la couleur de la couverture. Le CCITT se divise en 15 groupes de travail. Les normes de la série V pour les modems
  • COS (Corporation for Open Systems)
  • EIA (Electronics Industries Association) qui collabore avec l'ANSI et le CCITT. Les normes pour l'interface matérielle des ports série (RS-232).
  • IEEE (Institute of Electrical and Electronics Engineers, Inc.) dont le travail est soumis à l'ANSI et à l'OSI. Les différentes normes 802
  • ISO (International Standards Organization) dont le siège est à Paris. C'est l'AFNOR qui représente la France. Le modèle OSI en 7 couches
  • OMG (Object Management Group) qui certifie des produits. L'architecture OMA (Object Management Architecture) pour servir de modèle aux applications et aux environnements orientés objet.
  • OSF (Open Software foundation) qui crée des environnements hétérogènes et multi fournisseurs en combinant des technologies provenant de différents fabricants. La plate-forme DCE (Distributed Computing Environment).L'outil d'administration réseau DME (Distributed Management Environment).OSF/1 qui est un système d'exploitation UNIX fondé sur le noyau MACH et qui intègre le multi traitement symétrique, des fonctionnalités avancées de sécurité et la configuration dynamique.OSF/MOTIF qui est une interface graphique commune à plusieurs environnements.OSF/ANDF qui permet de développer des applications portables sur n'importe quel environnement.
  • SAG (SQL Access Group) fondé en 1989 et qui travaille avec l'ISO. L'objectif du SAG est l'interopérabilité des différentes variantes du langage de requête SQL, et de définir des normes pour les logiciels frontaux et dorsaux des différentes bases de données. La normalisation du langage SQL.SQL RDA (Remote Database Access) pour la communication entre un serveur et un client.SQL Access CLI (Call Level Interface) qui est un ensemble d'API.

précédentsommairesuivant

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

Ce document est publié sous la licence GPL.